March

Version française plus bas



On Monday, I celebrated my twenty-fourth birthday with my family.
Earlier in the day, I had taken my ten-year-old cousin to the mall, where we had, among others, shopped till we dropped at Lush, eaten (more or less acceptable) sushi, and ice cream (delicious but filled with artificial colouring). 

The day before, I had been to Barnes and Nobles with her little sister. I was supposed to work, but ended up buying two card oracles (that of Doreen Virtue, and a love tarot), and at the café, I spent the entire time looking at my new cards like a child who had just opened their Christmas presents.

J., more productive than I was, picked a book, read a chapter, and filled her book report. I signed this perfect work, and she insisted to write next to it, in her childish handwriting, that I was over eighteen. She then looked at me and told me “You’re twenty four! Wow, you’re old!”

Not being the type to obsess over my age (thank goodness), I simply tickled the little brat adorable little girl, before returning to my questioning of the cards. 

It is true that 24 isn’t a milestone as symbolic than, let’s say, 20, 25 or 30, but when we become a year older, there are several things that we begin to think about.

Like the fact that we have a lot to be grateful for. For me, it’s my family (especially my adorable cousins), my friends, the professional opportunities that keep popping up on my path, my move in April (and consequently the imminent and long-awaited adoption of a kitten!).

And when we become older (symbolically and numerically) from one day to another, we learn to deal a little bit better with grief. Those who have been reading me for a while know that I’m mourning several persons who are still alive: my parents, my ex-girlfriend, and now S.*, the woman I love. It’s difficult. You’re unstable, you can’t stop swinging between anger (who makes you send text messages that you inevitably regret), devastation, denial, depression, short-lived optimistic highs, and finally, peace and hope.

But little by little we learn that the priority to take care of ourselves. This month, waking up early every morning, I took advantage of the great weather to read calmly in the garden, take long walks in the forest, and essentially relax and enjoy the moment.

I must have told you that with the woman I love (I’m ceasing for now to call her Ange Blond because very frankly she’s getting a bit on my nerves…)(by the way, for those of you wondering, no, she doesn't read this blog), we had planned to go spend the week-end before my birthday in New York, to see Manon Lescaut at the Met with Jonas Kaufmann. Perhaps he jinxed us by canceling his performances yet another time, but in late January, I knew that there was virtually no more hope that this week-end trip would happen. And as the date of March 11th was looming, I felt more and more sad, angry, reliving in my mind a hundred, a thousand, ten thousand times the moment where everything went sour. And then on the evening of the 11th, I took my decision. And no, it wasn’t to go serenade under S.’s window, a red rose between my teeth, hoping that she would come back to me. 

I spent the entire week-end in the arms of another person, a person who was radically different. A person that I virtually didn’t know, and with whom I was able, for two entire days, to forget everything, forget myself, not think about New York, not think about S., think only about myself, and discover a new person, know her, respect her.

This person, it is very likely I will never see her again.

And I have no regrets. No matter how much I love S., I decided to put my happiness, my well-being, and my dignity first. As my very dear Kitty keeps saying, to love isn’t to suffer, it simply can’t be this way. And yes, I will always cherish our wonderful memories together, but I can’t force a person to be happy. I can only make myself happy, and it is in fact a duty I have to myself, it’s even a matter of dignity. 

She knows the door is open for her, and she needs only to come whenever she wants. In the meanwhile, since I am not in a relationship with anyone, I will enjoy life. Flirt, be flirted with. Gussy up for myself as much as for someone else. Learn to discover myself, as a woman and as a lover, through the eyes of somebody else, somebody new. 

But most, most importantly, I will draw lessons from the past while keeping hope. No particular hope, just hope. It’s the very first message that Doreen Virtue’s oracle had given me. And then I also don’t forget that this month of March has been defined, in my wheel-of-the-year tarot drawing, with the Sun. There's still two more weeks, and I know for a fact that joy and abundance come to us under very surprising forms.

But mostly, this March, I am taking advantage of the joy and abundance that there is in the present moment.

Carpe diem.

S
___


*She has, funny or ironic detail, the same initial than my ex… And me, in fact! Why do I always fall in love with women who have the same initial than me? As a very dear historian friend would say, “S+S becomes SS, like the nazis!”

____________________________________________________________________________________

Lundi, j’ai fêté mes vingt-quatre ans avec ma famille. Plus tôt dans la journée, j’avais pris ma cousine de dix ans au mall, où on a entre autres dévalisé Lush, mangé des sushis (passables) et de la glace (divine mais bourrée de colorants artificiels). 

La veille, j’avais pris sa soeur cadette à Barnes and Nobles avec moi. J’étais supposée travailler, mais je me suis offert deux oracles (celui de Doreen Virtue, et un jeu de tarot amoureux), et au café, j’ai passé mon temps à regarder mes nouvelles cartes comme un enfant qui vient d’ouvrir ses cadeaux de Noël. 

J., plus productive, a choisi un livre, en a lu un chapitre, et a rempli sa fiche de lecture. J’ai apposé ma signature sur ce travail nickel, et elle a insisté à marquer à côté, de son écriture d’enfant, que j’ai passé mes dix-huit ans. Elle m’a regardée et m’a dit “Tu as vingt-quatre ans ! Dis-donc, tu es vieille !”

N’étant pas du genre à complexer sur mon âge (dieu m’en préserve), je n’ai fait que chatouiller la petite peste l’adorable petite fille, avant de revenir à mon interrogation des cartes. 

Il est vrai que 24 ans n’est peut-être pas un cap aussi symbolique que disons, 20, 25, ou 30 ans, mais quand on dépasse une année de plus, il y a plusieurs choses auxquelles on se met à songer.

Comme le fait qu’on a beaucoup de choses envers lesquelles on peut être reconnaissante. Pour moi, il s’agit de ma famille (surtout mes adorables cousines), mes amis, les opportunités professionnelles qui se présentent sur mon chemin, mon déménagement en avril (et par conséquent l’adoption imminente et longuement attendue d’un chaton !). 

Et puis quand on vieillit (symboliquement et numériquement) du jour au lendemain, on apprend à gérer un peu mieux le chagrin. Ceux qui me lisent depuis un certain temps savent que je fais le deuil de plusieurs personnes qui sont encore en vie : mes parents, mon ex, et à présent, S.*, la femme que j’aime. C’est difficile. On est instable, on vogue sans arrêt entre la colère (qui nous fait envoyer des textos qu’on finit inévitablement par regretter), la dévastation, le déni, la déprime, les poussées d’optimisme à courte-durée, et enfin, la paix et l’espoir. 

Mais peu à peu, on comprend que la priorité, c’est de prendre soin de soi. Ce mois-ci, réveillée de bonne heure chaque matin, j’ai profité du bon temps pour lire tranquillement dans le jardin, faire de longues ballades en forêt, et essentiellement me détendre et profiter du moment.

J’ai dû dire à un moment qu’avec la femme que j’aime (j’arrête pour l’instant de l’appeler Ange Blond, parce que franchement elle me tape sur les nerfs…)(au fait, pour ceux d'entre vous qui se posent la question, non, elle ne lit pas ce blog), on avait prévu d’aller passer le week-end d’avant mon anniversaire à New York, et voir Manon Lescaut au Met, avec Jonas Kaufmann. Peut-être que ce dernier nous a porté la poisse en annulant ses représentations encore une fois, mais fin janvier, j’ai su qu’il n’y avait pratiquement plus de chances que ce week-end se fasse. Et alors que la date du 11 mars s’approchait à grands pas, je me suis sentie de plus en plus triste, en colère, en train de revenir cent, mille, dix-mille fois dans ma tête au moment où tout a dû foirer.
Et puis le 11 au soir, j’ai pris ma décision. Et non, il ne s’agissait pas d’aller pousser la chansonnette sous sa fenêtre, une rose rouge entre les dents, en espérant qu’elle me revienne. 

J’ai passé le week-end entier dans les bras d'une autre personne, une personne radicalement différente. Une personne que je ne connaissais pratiquement pas, et avec qui j’ai pu, pendant deux jours, tout oublier, m’oublier, ne pas penser à New York, ne pas penser à S., ne penser qu’à moi-même, découvrir une nouvelle personne, la connaître, la respecter. 

Cette personne, il est très probable que je ne la reverrai jamais. 

Et je n’ai pas de regrets. J’ai beau aimer S., j’ai décidé de mettre mon bonheur, mon bien-être et ma dignité en premier. Comme le dit mon très cher Kitty, aimer n’est pas souffrir, ça ne se peut tout simplement pas. Et oui, je chérirai toujours nos merveilleux souvenirs ensemble, mais je ne peux pas forcer une personne à être heureuse. Je ne peux que me rendre heureuse, et c’est d’ailleurs un devoir que j’ai envers moi-même, une question de dignité, même.  

Elle sait que la porte lui est ouverte, et qu’elle n’a qu’à venir quand elle veut. Entre temps, n’étant pas en couple avec quiconque, je vais profiter de la vie. Draguer, me faire draguer. Me faire belle pour moi-même autant que pour quelqu’un. Apprendre à me découvrir, en tant que femme et en tant qu’amante, à travers les yeux de quelqu’un d’autre, quelqu’un de nouveau. 

Mais surtout, surtout, je vais tirer des leçons du passé en gardant espoir. Pas d’espoir particulier, juste de l’espoir. C’est le tout premier message que m’a donné l’oracle de Doreen Virtue. Et puis je n’oublie pas que ce mois de mars a été défini, dans mon tirage pour l’année à venir, par le Soleil. Il reste encore deux semaines, et je sais que le bonheur et l’abondance nous arrivent parfois sous des formes très surprenantes. 

Mais surtout, ce mois de mars, je profite du bonheur et de l’abondance qu’il y a dans l’instant présent. 

Carpe diem. 

S
___


*Elle a, détail ironique ou marrant, la même initiale que mon ex… Et que moi aussi, d’ailleurs ! Pourquoi je tombe toujours amoureuse de femmes qui ont la même initiale que moi ? Comme dirait une très chère amie, historienne de son état, “S+S ça fait SS, comme les nazis !” 

No comments:

Copyright French Girl In DC 2016. Powered by Blogger.