A new form of expression

Version française plus bas


Sunday afternoon, I went to the crafts store and bought a sketchbook and markers. It wasn’t the first time I had strolled around the aisles, looking for the inspiration that only arts and crafts stores tend to flood you with. 


Yes, in a far, very distant past, I used to paint a lot, and I even sold a series of portraits as a child. But for a little over a decade, I chose to cast aside my links to paintings, and chose instead to focus on writing, a more natural form of expression for me. 

(And let's not forget about those three paintings I made for my flat in one night after having several glasses of wine...)

But then, slowly, I would feel the need to make illustrations to accompany my writing. You may remember that I have dabbled a bit last year in making digital illustrations, but I felt like something was missing still. 

I never had much confidence in my abilities to draw, since my lines are a little shaky and I am not patient enough to bother learning techniques that, in my opinion (and from memories from middle-school art classes), stifle my creativity. I had no idea, on Sunday, what kind of material I would use; pencils, watercolours, markers, or paint. 

I ended up settling for a set of 100 markers that were on sale, telling myself that if I got bored, I could just give them to my little cousins and not worry about waste.

When I got home, I put some opera, and on the first page of my sketchbook, started making a makeshift index of the colours, since there were no numbers or names on the pens.

And inspiration started coming to me, little by little, and then in big waves. With every colour, with every layer, a whole world of ideas would open up, so overwhelming sometimes that I’d have to stop to write everything down. I opened Pinterest and began drawing things that appealed to my eye, and that I felt wouldn’t be too difficult to reproduce. Just to get warmed up. 

And then I uploaded a few snapshots of my sketchbook pages on Instagram, and this is where, with my phone screen lighting up continually at the rate of approximately ten likes per second, my confidence soared. 

Or perhaps, you know, Instagrammers have a bit of an obsession with dainty, girly drawings and Chanel lipsticks. It doesn’t matter; getting positive feedback is amazing for self-confidence, and I will keep sketching and sharing my work !

It is too bad for my cousins, who won’t be getting new, barely-used markers anytime soon...

____________________________________________________________________________________

Dimanche après-midi, je suis allée au magasins de loisirs créatifs et je me suis offert un cahier de dessin et des feutres. Ce n’était pas la première fois que je me suis promenée dans les rayons, à chercher l’inspiration avec laquelle seuls les magasins de loisirs créatifs peuvent nous inonder. 

Et oui, dans un futur très, très lointain, je faisais beaucoup de peinture, et j’ai même vendu une série de portraits alors que je devais avoir huit ou neuf ans. Mais pendant plus d’une dizaine d’année, j’ai choisi de mettre de côté mon lien avec la peinture, et de me concentrer sur l’écriture, une forme d’expression beaucoup plus naturelle pour moi. 

(Et n'oublions pas ces trois tableaux que j'ai fait pour mon appartement en une nuit, après m'être versé plusieurs verres de vin...)

Mais après, lentement, je sentais le besoin de créer des illustrations pour accompagner mes écrits. Vous vous souvenez peut-être que l’an dernier, j’ai fait quelques illustrations digitales, mais j’ai senti cependant que quelque chose manquait. 

Je n’ai jamais eu beaucoup confiance en mes capacités artistiques, étant donné que mon tracé est irrégulier et que je ne suis pas assez patiente pour prendre le temps d’apprendre des techniques qui, à mon avis (et d’après mes souvenirs du collège), étouffent la créativité. Je n’avais pas vraiment la moindre idée, dimanche, du type de matériel que j’utiliserai : crayons, aquarelles, feutres ou peinture acrylique…?

Finalement je me suis décidée sur un ensemble de 100 feutres en promotion, en me disant que si je m’ennuyais, je pourrais toujours les donner à mes petites cousines et ne pas m’inquiéter de l’éventuel gaspillage. 

Quand je suis rentrée à la maison, j’ai mis de l’opéra, et sur la première page de mon cahier, j’ai commencé à faire une sorte d’index de toutes les couleurs, étant donné qu’il n’y avait ni noms, ni numéros sur les crayons.

Et l’inspiration a commencé à venir vers moi, petit à petit et puis par grosses vagues. Avec chaque couleur, avec chaque nuance, un monde entier d’idées s’ouvrait, tellement fort parfois que j’étais forcée d’arrêter et de noter toutes mes idées. J’ai ouvert Pinterest et commencé à dessiner ce qui me donnait envie, et qui ne me paraissait pas trop difficile à reproduire. Juste histoire de m’échauffer un peu. 

Et puis j’ai mis quelques clichés des pages de mon cahier sur Instagram, et c’est là que, avec l’écran de mon téléphone qui n’arrêtait pas de s’illuminer au rythme approximatif de dix likes par seconde, que ma confiance à atteint des sommets. 

Ou bien, vous savez, les utilisateurs(trices!) d'Instagram ont une obsession avec les dessins délicats et féminins et les rouges à lèvres Chanel. Peu importe, recevoir des retours positifs est génial pour la confiance en soi, et ce qui est certain, c’est que je vais continuer à dessiner et à partager mon travail !


C’est bien dommage pour mes cousines, par contre, qui ne vont pas recevoir de nouveaux feutres à peine utilisés de si tôt… 

No comments:

Copyright French Girl In DC 2016. Powered by Blogger.