Yesterday!

Version française plus bas









When I woke up yesterday morning, I wasn’t hoping that my day would be much better than the last few. I won’t lie, I wasn’t feeling my best this week, between my grandmother leaving DC, migraines, insomnia, endless problems with Ange Blond, worse problems with my ex, and the pre-menstrual time during which I’m inevitably exhausted, irritable, and I see life with a lot of pessimism.

And then there was the Acne-Gate. A huge, gigantic pimple appeared on my left cheeks a few days ago. And I began despairing, because it’s not a tiny blemish but a cyst, and I’m terrified at the idea that I may become nearly-disfigured again by acne like I was five years ago*. 

I swear, I don’t know what happens to be the days preceding (and during) my period, but I almost forget that there are many things I can be grateful about, including:
- A gorgeous flat that I’m visiting today, and if all goes well, I’ll take it and move in the first week of April.
- Truly wonderful friends that are here for me. 
- A very charming person that I met very recently… *to be followed*
- My tarot cards that keep telling me that everything will get better. 
- And when all else fails, there’s always Charmed on Netflix. (Yes, I know, I only watch that, I’m hopeless…)

I wasn’t in this state of mind Friday morning, however. I had ended up falling asleep at around 5 in the morning, after having erred online and sent yet another long email to Ange Blond, in an attempt to fix a situation that, in my state, I felt was desperate (okay, according to tarot, runes, the pendulum and our antecedents, there’s some hope, but…). 

I woke up at around 11, still exhausted and feeling down. I turned on my laptop, and there was a calendar alert that Garance Doré was signing her book at Club Monaco in Georgetown at 6. 

And that was when I realised that I’ve been wanting to meet my favourite blogger since December, and I wasn’t going to let the chance pass. In fact, why remain stuck in bed when I could use a trip to Georgetown to walk by the water, have some tea in a lovely little pastry shop, and then go to meet my favourite author?


So I took an invigorating shower, and I concealed The Acne-Gate the best I could (foundation, powder, and lighting candles), and then I decided to wear some bright red lipstick (my ever-loyal True Red from L’Oréal) to draw attention elsewhere. And then I got dressed and in the car, I put on the new album by Jonas Kaufmann that I had recently treated myself to. 

Ultimately, I was able to listen to My Jonaaaaaaaaas much longer than I hoped, because rush hour traffic + intellectually limited drivers + GPS that makes you take very random détours = I ended up parking in Georgetown just in time. I still had a few minutes to stop by Urban Outfitters and promise myself to come back later to treat myself to a lot of things for my wardrobe and my flat. 


And then I waited in line at Club Monaco (and got to chat with very nice people over some champagne). And after a forty-minute wait (okay, there’s much worse!!!) I got to meet one of my contemporary idols (because let’s admit it, it’s sadly a little too late for me to meet Victor Hugo, Frida Kahlo and Maria Callas, but there’s still Christiane Taubira, Hilary Clinton, and Jonaaaaaaaaas !), and we chatted for a few minutes, I was able to tell her a bit about my blog, and especially tell her that her work has inspired me to rebrand and modify my blog so that I take more pleasure in cultivating it. 


Garance was exactly like you imagine her when you read your blog, absolutely adorable, friendly, and especially very genuine. You have to admit that it’s not very easy to meet a huge amount of people in a couple of hours, you end up feeling exhausted (in fact, she mentions it on her blog!)




I left Club Monaco with a huge smile and light-hearted, looking nothing like the state I was in earlier in the day. I stopped at a Starbucks and spent a good hour there, answering emails and others with a large Earl Grey. And then I took a very long walk by the Potomac, at this place that I love, where you’re at the same time in the craziness of the city on a Friday night, and in the stillness of nature. And then I walked on the Key bridge (one of the bridges over the Potomac, that links DC and Virginia), that I often pass by car, but only for the second time by foot. And despite the cold, being in this stillness, above the water, with the Kennedy Center in the horizon, and the rest of the city under my eyes but still away from me, made me so much good, I won’t lie. 

I returned from Georgetown in a much better mood. My long walk had tired me enough so I could quickly fall asleep. And it’s as if this heavy, black veil of pessimism through which I was seeing things for the last few days had been taken away by the wind. 

I can’t wait to visit the flat (the owner is really nice, which is always a great thing!), and if I can see myself leaving there, to move forward so I can move in it soon!
And when I described (in a few words) my blog to Garance, it actually helped me understand and define a little better what my vision is. And I realised I can make a great success out of it!
And lastly, the situation with Ange Blond has not been miraculously solved, but I feel a little less miserable when I think about it, and also more optimist. Whatever must be shall be, but it’s nothing but another chapter, another arc that ends and another obstacle to resolve. But it isn’t the end, because the end can only be happy. (Okay, I’m touching three thousand tons of wood, and hoping I didn’t just jinx myself!)

February, which to me has always been quite sinister, is finally coming to its end. Only ten days left, and we will be in March. And in this famous Wheel-Of-The-Year tarot drawing that I can’t stop telling you about, my month of March is defined by The Sun. The Sun, the happiest card in the entire tarot deck, is not only the concretization of all our hopes, but it’s also complete fulfillment. And well, it’s not as if I was expecting miracles without having done anything (and that’s something you must never forget, fortune-telling predicts certain things, but you also need to move yourself so that they can become real!), but I truly can’t wait to AT LAST reap what I sowed. 

So I can’t wait. 

Really really can’t wait!

Love, 

S
___

*It’s most likely hormonal acne and a bad reaction to vitamin C tablets that I took last week… Moral of the story: get rid of this chemical, poisonous crap and eat lots of citrus, preferably organic!

____________________________________________________________________________________




Lorsque je me suis réveillée hier, je ne m'attendais pas à ce que la journée soit mieux que les précédentes. Je ne vous cache pas que je n'étais pas au top cette semaine, entre le départ de ma grand-mère, mes migraines, mes insomnies, des difficultés qui n'en finissent pas avec Ange Blond, et d’autres avec mon ex, et la période pré-ragnagnas durant laquelle je suis inévitablement épuisée, irritable, et je vois la vie avec beaucoup de pessimisme. 

Et puis il y a eu l'Affaire du Bouton. Un gros truc gigantesque qui est apparu sur ma joue gauche il y a quelques jours. Et qui m'a fait désespérer, parce que ce n'est plus un petit bouton mais un kyste, et je suis terrorisée à l'idée que je me fasse défigurer à nouveau par l’acné comme il y a cinq ans

Je vous assure, je ne sais pas ce qui m'arrive les quelques jours avant (et pendant) mes règles, mais j'oublie presque qu'il y a plein de choses dont je peux être reconnaissante, dont : 
- Un appartement superbe que je visite aujourd'hui et si tout se passe bien, je le prends et j'emménage la première semaine d’avril.
- Des amis absolument géniaux qui sont là pour moi.
- Professionnellement, de nouvelles opportunités qui apparaissent de partout, mon horoscope dit vrai ! 
- Une personne absolument charmante que j'ai rencontré très récemment… *à suivre*
- Mes cartes de tarot qui me disent toujours que tout va s'arranger. 
- Et quand tout foire, il y a toujours Charmed sur Netflix (oui, je sais, je ne regarde QUE ça, je suis désespérante…). 

Je n'étais pas dans cet état d'esprit vendredi matin, par contre. J’avais fini par m'assoupir vers cinq heures du matin, après avoir erré sur internet et envoyé encore un long mail à Ange Blond, dans une tentative d'arranger une situation, que, dans mon état, je sentais désespérée (bon, d’après le tarot, les runes, le pendule et nos antécédents, il y a de l’espoir mais…). 
Je suis sortie de ce sommeil vers onze heures, toujours épuisée et broyant du noir. J'ai allumé mon ordi, et mon calendrier m’a alerté que Garance Doré dédicaçait son livre au Club Monaco de Georgetown à 18h. 

Et c'est là que j'ai réalisé que ça fait depuis décembre que j'ai l'intention de rencontrer ma blogueuse préférée, et que je n'allais pas laisser l'occasion passer. D'ailleurs, pourquoi rester clouée au lit quand je peux aller à Georgetown me promener au bord de l'eau, prendre un thé dans une jolie petite pâtisserie, et puis aller rencontrer mon auteure préférée ? 

J'ai donc pris une douche revigorante, et puis j'ai camouflé aussi bien que possible Le Bouton (fond de teint, poudre, et bougies allumées), et j'ai aussi choisi de mettre du rouge a lèvre bien rouge, (mon infaillible et fidèle True Red de L'Oréal) pour attirer le regard ailleurs. Et puis je me suis habillée, et en voiture, j'ai mis le nouvel album de Jonas Kaufmann que je me suis récemment offert. 

Au final, j'ai eu l'occasion d'écouter Mon Jonaaaaaaas plus longtemps que je ne l'espérais parce que la combinaison heures de pointe + automobilistes intellectuellement limités + GPS qui vous fait faire des détours sans queue ni tête a fait que je suis garée à Georgetown juste à temps. J'ai quand même eu quelques instants passer par Urban Outfitters et de me promettre d'y repasser une autre fois afin de m'offrir plein de trucs pour ma garde-robe et mon appart. 

Et puis j’ai fait la file à Club Monaco (et bavardé avec des gens super sympas autour d'un verre de champagne). Et après quarante minutes d’attente (mais bon, il y a bien pire !!!), j'ai rencontré l'une de mes idoles contemporaines (parce que bon, pour Victor Hugo, Frida Kahlo et Maria Callas, c’est peut-être un peu trop tard… Mais il reste bien Christiane Taubira, Hilary Clinton, et Jonaaaaaas!), et on a bavardé pendant quelques minutes, j’ai eu l’occasion de lui parler un peu de mon blog et surtout de lui dire que son travail m’avait beaucoup inspirée à le reprendre et à le modifier pour en faire quelque chose que je prends plaisir à cultiver. 

Garance était exactement comme on se l’imagine quand on lit son blog, adorable comme tout, amicale, et surtout très naturelle. Il faut avouer que ce n’est pas évident de rencontrer un grand nombre de personnes en quelques heures, on finit par se sentir épuisé (d’ailleurs elle en parle sur son blog !)

Je suis sortie de Club Monaco avec un sourire énorme aux lèvres et le cœur léger, rien à voir avec l’état dans lequel j’étais plus tôt dans la journée. Je me suis arrêtée à un Starbucks et j'y ai passé une bonne heure a répondre a mes mails et autres avec un énorme Earl Grey. Et puis j’ai fait une très longue promenade au bord du Potomac, à cet endroit que j’adore, où on est à la fois dans l’agitation de la ville un vendredi soir, et dans le silence de la nature.  Et puis je me suis promenée sur le Key Bridge, (un des ponts au dessus du Potomac, entre DC de la Virginie), que je traverse souvent en voiture, mais seulement pour la deuxième fois à pied. Et malgré le froid, cette solitude, au dessus de l’eau, avec le Kennedy Center à l’horizon, et le reste de la ville sous mes yeux mais pourtant séparé de moi, ça m’a fait un bien fou, je ne vous le cache pas. 

Je suis rentrée de Georgetown de meilleure humeur. Ma longue promenade m’avait assez fatiguée pour que je puisse m’endormir assez rapidement. Et puis c’est comme si ce voile noir de pessimisme à travers lequel je voyais les choses il y a quelques jours a été emporté par le vent. 

J’ai hâte de visiter l’appartement (le propriétaire est hyper sympa, OUF) et, si je m’y vois y vivre, de commencer les démarches pour y emménager bientôt !

Et puis quand j’ai décrit (en quelques mots) mon blog à Garance, ça m’a permis de comprendre et de définir un peu mieux ce qu’est ma vision. Et j’ai réalisé que je peux en faire un grand succès ! 

Et finalement, la situation avec Ange Blond n’a toujours pas été miraculeusement arrangée pour autant, mais je me sens beaucoup moins malheureuse quand j’y pense, et plus optimiste aussi. Advienne qu’adviendra, mais ce n’est qu’un chapitre de plus, encore un arc qui s’achève, encore un obstacle à résoudre. Ce n’est pas la fin, parce que la fin ne peut qu’être heureuse. (Bon, je touche trois mille tonnes de bois, en espérant que je ne viens pas de me porter la poisse !) 

Le mois de février, qui a toujours été un mois assez sinistre pour moi, touche à sa fin. Plus que dix jours, et on sera en mars. Et dans ce fameux tirage de tarot pour l’année à venir dont je n’arrête pas de vous parler, mon mois de mars est défini par Le Soleil. Le Soleil, la carte la plus heureuse du tarot, c’est non seulement la concrétisation de toutes nos espérances, mais c’est aussi l’épanouissement total. Et puis bon, ce n’est pas comme si je m’attendais à des miracles sans avoir rien mis en oeuvre (et c’est quelque chose qu’il ne faut jamais oublier, la voyance nous prédit certaines choses mais il faut aussi se bouger pour que ça se concrétise !), mais j’ai hâte ENFIN de récolter ce que j’ai semé. 

Alors j’ai hâte. 

Vraiment, vraiment hâte !

Bises, 

S
___

*Bon, il s'agit vraisemblablement d’acné hormonal et d'une mauvaise réaction à des capsules de vitamine C que j’ai pris la semaine dernière… Moralité : se débarrasser de ces saletés chimiques et manger plein d’agrumes, de préférence bio !

No comments:

Copyright French Girl In DC 2016. Powered by Blogger.