What's In A Couch?


Version française plus bas



Weeell, I can’t say I’m not relieved to let you know that my highly trying apartment search is reaching its end, and that I will soon be moving out of my aunt’s house. I won’t say more for the moment, because you know that I’ve become extremely superstitious on that matter, and not without reason! Still, I really, really can’t wait to have once again a space of my very own.

My future little nest comes already furnished (which will spare me - HOPEFULLY - a new broken toe incident like three years ago), but the owner will be taking away his leather couch. The reason for that is that I’m planning to adopt a cat, and we don’t want the latter to scratch the couch. 

Which means that aside from a desk and a few shelves from my huge book collection, I will be needing a couch. 

And this thought fills me with a mix of excitement and appréhension. 

The thing is that for me, the couch, especially in a small, single, childless girl’s flat, is more than a piece of furniture or even the focal point of a room. The couch is a place in itself where memories, good or bad, are created. The couch is the silent witness of drunken parties between friends, of first kisses between lovers, and of evenings where, cuddled against our significant other, we binge-watch episodes of The L Word. We spend winter nights in it, wrapped in a blanket with a cup of tea and our favourite novel. From it, we hatch paragraphs of delightful fiction, or genius column. We sleep in it for many nights after a break-up, because we no longer stand our bed, empty from now on. 

The couch in my first apartment was a dark leather Carlsbad, an elegant, sleek model that is no longer available at Ikea. I had found it unexpectedly on Craigslist, where, after easy bargaining, I had managed to get it for $100 (a great deal). I gave this couch away, like most of my furniture, when I left the apartment. Perhaps it wasn’t an economically wise choice, but I find that furniture, just like clothes, absorb the surrounding energies and vibes, be they good or bad. And after having left my first flat, I definitely needed to start over again, with new furniture, a new decor, a new chapter, a blank canvas where new memories would paint themselves. 

Okay, I know you might tell me that it was a bit dumb to give away a couch that I love and that is no longer available on the market, but at any given moment you can find two of them available on Craigslist, and there can be more if you widen your search range. So I know I will always find one if I want it. (I will soon write a post about my Craigslist shopping tips, promise!)

But the thing is, I want a different couch, this time.

… And that’s pretty much all I’ve got. 

I don’t really know where to start, even though I’ve spent hours online trying to find inspiration. I don’t have a specific model, colour, or fabric in mind, but rather a million of different ideas that end up melting in a complete blur. Should I take a leather, suede or fabric one? What will best endure the claws of my future fur-covered carnivorous baby-beast? Should I take a classic model in a neutral colour, that goes with everything because knowing myself, I’m likely to want to change my entire decor from one day to another? Or should I take a couch with a very modern shape, and in a flashy colour (that can be toned down with a white wool blanket) like… Hot pink? Sky blue? Turquoise? Mousy grey? Coffee? Caramel? Cherry? Vermillion? Do I want an explosion of colours like the New York apartment of Victory Ford from Lipstick Jungle?

And on the other hand, I’m rather tempted by an immaculate white couch, a little like Olivia Pope’s. White represents for me the ultimate adult milestone, an investment that we are capable of making and that we can take care of. 
The only problem is that I, nicknamed Miss Catastrophe by those close to me, professional spiller of red wine, nail polish, and other staining liquids, am by definition incapable of caring for the investment that is a white couch. Not if I want to it remain immaculate for long. And unlike other colours, white is either immaculate or disgusting, there’s no in between. (On the other hand, since I don’t have any children yet, perhaps it’s now or never, don’t you think? No…?)

And talking of investments, let’s talk about the cost. How much am I ready to invest in a couch? Also, would I want to keep it long enough so that it’s worth it? What do I do if I splurge on a design piece, and I wake up one morning and find myself facing a monstrosity I can no longer stand? I’m capable of it, believe me. But… Wait a second, since I want to have a cat, it’s maybe forbidden to me, by definition, to even use the term “investment”…no? 

A couch is a bit like love at first sight (okay, that’s it, you’re allowed to say that I’m nuts). When you have The One in front of you, you know that it’s this one and no other. Knowing myself, I’m going to look online and on Craigslist every day until I find The couch. The one that I can see in my apartment, the item that will reunite my friends, my loves, my joys, my pains, my creations, my successes, and my failures. 

Ultimately, finding the perfect couch is really like finding the woman (or man!) of your life! So you can be certain that when this happens, I’ll be sure to introduce you!

Love, 

S
__


PS: for the woman of my life, it looks like it might take a bit of time… Although… You bet I’ll be introducing you to the woman or the couch first?

____________________________________________________________________________________


Alors, ce n'est pas sans soulagement que je peux enfin vous dire que mes déboires de recherche d'appart touchent à leur fin, et que je déménage bientôt de chez ma tante. Je ne vais pas en dire plus pour l'instant, vous savez que je suis devenue très superstitieuse à ce sujet, et non pas sans raison ! Mais il n'en reste que j'ai vraiment, vraiment hâte d'avoir à nouveau un espace rien qu'à moi.

Mon futur petit nid est déjà joliment meublé (ce qui m'évitera - JE L'ESPÈRE - un nouveau psychodrame de l'orteil comme il y a trois ans), mais le propriétaire emportera son canapé en cuir. Comme j'ai l'intention d'avoir un chat, on ne veut pas que ce dernier fasse ses griffes dessus.

Ce qui veut dire qu'à part un bureau et quelques étagères pour ma collection de livres, je vais avoir besoin d'un canapé.

Et cette idée me remplit d'un mélange d'excitation et d'appréhension.

Le truc, c'est que pour moi, un canapé, surtout dans un petit appartement de célibataire sans enfants, c'est plus qu'un meuble, voire même le point focal d'une pièce. Un canapé, c'est un endroit à part entière où des souvenirs, bons et mauvais, se créent. Le canapé est le témoin muet des fêtes arrosées entre amis, des premiers baisers entre amants, des soirées où, blottie contre sa moitié, on se fait plein d'épisodes de The L Word en une traite. On y passe des nuits d'hiver, enroulée dans une couverture avec une tasse de thé et son roman préféré. On y pond des passages de fiction ou des articles de génie. On dort dessus pendant des nuits et des nuits à la suite d'une rupture parce qu'on ne supporte pas son lit désormais vide.

Le canapé dans mon premier appartement était un Karlstad en cuir foncé, un modèle élégant et épuré qu'on ne trouve désormais plus à Ikea. Je l'avais déniché sans m'y attendre sur Craigslist, et j'avais réussi, après des négociations plutôt faciles, à l'obtenir pour 100$ (une excellente affaire). Ce canapé, je l'ai donné, comme la majorité de mes meubles, lorsque j'ai quitté l'appartement. Ce n'était peut-être pas un choix économiquement judicieux, mais je trouve que les meubles, comme les vêtements, absorbent les ondes et énergies, bonnes ou mauvaises, environnantes. Et après avoir quitté mon premier appartement, j'avais surtout besoin de recommencer à zéro, avec de nouveaux meubles, un nouveau décor, un nouveau chapitre, une toile vide où de nouveaux souvenirs allaient se créer.

Bon, vous me direz que ça a été un peu con de donner un canapé que j'aimais et qu'on ne trouve plus en magasin, mais à n'importe quel moment, on en trouve au moins deux sur Craigslist, voire même encore plus si on élargit sa zone de recherches. Je sais donc que je pourrais toujours en trouver un si je le veux. (Je vous ferai bientôt un article avec mes trucs et astuces pour shopper sur Craigslist, promis !)

Mais le truc, c'est que j'ai envie d'un canapé différent, cette fois.

... Et c'est à peu près tout ce que j'ai en tête.

Je ne sais pas trop par où commencer, même si j'ai déjà passé des heures sur internet à essayer de trouver mon inspiration. Je n'ai ni un modèle ni une couleur, ni un matériau spécifiques, mais plutôt un fourmillement d'idées tellement différentes qu'elles finissent par se fondre dans un flou total. J'en prends un en cuir, en velours, ou en toile ? Qu'est-ce qui résistera mieux aux griffes de mon futur bébé-fauve carnivore recouvert de fourrure ? Devrais-je prendre un modèle classique dans une couleur neutre, qui va avec tout, parce qu'il me prend souvent la tête de changer toute ma déco du jour au lendemain ? Ou bien je choisis un canapé à la forme ultra-moderne, et dans une couleur flamboyante (qui peut être atténuée par une couverture en laine blanche), genre... Rose vif ? Bleu ciel ? Turquoise ? Gris souris ? Café ? Caramel ? Cerise ? Vermillon ? Est-ce que je veux une explosion de couleurs comme l'appartement New-Yorkais de Victory Ford (de Lipstick Jungle) ?

Et puis d'un autre côté, je suis assez tentée par un canapé blanc immaculé, un peu comme celui d'Olivia Pope. Le blanc, ça représente pour moi le passage ultime à l'âge adulte, un investissement qu'on est capable de faire et dont on peut prendre soin.
Sauf que moi, surnommée Miss Catastrophe par mes proches, renverseuse professionnelle de vin rouge, de vernis à ongles, et autres liquides salissants, je suis par définition incapable de prendre soin de l'investissement qu'est un canapé blanc. Pas si je tiens à ce qu'il reste immaculé pour longtemps. Et contrairement aux autres couleurs, le blanc, c'est soit immaculé, soit crade, il n'y a pas de juste milieu. (D'un autre côté, étant donné que je n'ai pas encore d'enfants, c'est peut-être le moment ou jamais, vous ne pensez pas ? Non ? ...)

Et en parlant d'investissement, parlons enfin du coût. Combien suis-je prête à investir dans un canapé ? Surtout, est-ce que je voudrais le garder assez longtemps pour que ça en vaille la peine ?  Je fais quoi si je verse une grosse somme dans une pièce assez design, et puis je me réveille un matin et me retrouve face à une atrocité que je ne veux plus voir ? J'en suis capable, croyez-moi. Mais... attendez, puisque je vais avoir un chat, il m'est peut-être par définition interdit d'utiliser le terme "investissement"... non ?

Un canapé, c'est un peu comme un coup de foudre (ok, ça y est, vous avez le droit de dire que je suis tarée). Quand on a le bon sous les yeux, on le sait, on sait que c'est celui-là et aucun autre. Me connaissant, je vais chercher tous les jours, en ligne et sur Craigslist, jusqu'à ce que je trouve LE canapé. Celui que je peux voir dans mon appartement, l'élément qui réunira mes amis, mes amours, mes joies, mes peines, mes créations, mes réussites, mes échecs.

Au final, trouver le canapé parfait, c'est vraiment un peu comme trouver la femme (ou l'homme) de sa vie ! Alors soyez sûrs que quand je le trouverai, je vous le présenterai !

Love,

S
___

PS: Pour la femme de ma vie, vu l'état actuel des choses, ça risque de prendre un petit peu plus longtemps. Quoique... Vous pariez quoi, que je vous présenterai la femme ou le canapé en premier ?

No comments:

Copyright French Girl In DC 2016. Powered by Blogger.