The Chop!

February 03, 2016
Version française plus bas



Shop the story

It might sound odd to you, but I've always been hypersensitive to the idea of hair cutting. The noise the scissors make, the strands that fall to the floor, make me nervous, it does to my stomach the equivalent of a big plunge in space. I rather prefer by far the gorish scenes (meaning just a teeny bit of blood in a shot that only lasts a split second, nothing more!) in film and TV than scenes where a character (especially feminine) gets their hair cut or their head shaven (so absolutely no Natalie Portmann in V for Vendetta). Just thinking about trimming my ends makes me extremely nervous.

So the instances where I decided to get my hair cut short
were rare. The first was when I was six and had a crush on my schoolteacher, and so absolutely wanted a haircut like hers. So I had taken the courageous decision to get my waist-long hair (back then light brown) chopped.

The time after was twelve years later, in June 2010. A few days before the bac exams, in fact. Back then, models, celebrities and popular girls from my high schools had long, silky and wavy hair. I, however, had thin hair that would frizz for almost no reason, despite my attempts to flatten them with the straightener. I was working since September in a hair salon on the week-ends, and thanks to the stylist's advice (she was by the way an adorable woman who did my colour, cuts and styling for free), I had begun understanding the importance to use quality products that were appropriate to my hair type. So I hoped that the damage I did to my hair since tenth grade (including several black dyes and a bleach job that left me with an ash broomstick on my head) would be reversed in time for university.

But when my fairy-hairdresser quit and went to live in Tunis with her World Bank employee husband (that's the problem with DC, nobody stays too long), I asked my aunt one night to trim my dry ends. Many of you know the end of the story. I moved at the wrong moment and my aunt removed a good ten inches. Goodbye long, silky waves, I found myself screaming, with a short bob like Yoko Tsuno in the 1960s and an overly proud aunt telling me that this accidental hairstyle looks wonderful on me.

Of course, I only believe it when Madame, my teacher, confirms it the next morning at school. In fact, at school, I'm getting countless compliments from all sides. My aunt is annoyed because I hadn't believed her the night before. I however, regain self-confidence right before the oral part of the bac exam (please spare me the joke, I know how that sounds in English), and all the interrogators give me the full grade.

Five years and a half later, after a micro-haircut (so much that no one noticed it ! But it was still a nice way to get over my break-up), and an excellent keratin treatment in Lebanon followed by another micro-haircut (because the Lebanese stylist wanted to repair the mess the American stylist had made) (ah, Mediterranean arrogance chauvinism pride...) (but you can't say it isn't justified sometimes), my hair regained its former length. The damage was repaired thanks to coconut oil and an excellent keratin hair care line.

I haven't gone through a break-up, because technically I am not in a relationship. But the last few months have been tumultuous enough, and I've started feeling more and more the need to welcome 2016 with a change. As if, by cutting my wavy lengths, I would tell the very various drama that has punctuated 2015 that it could go fry itself (as my grandfather would say)

After several weeks of hesitating, I shared my decision to get my hair cut with Kitty, Madame and Ange Blond. I looked on Pinterest at countless haircuts to have an idea of what I wanted. And with my aunt, we fixed the date to the day after Christmas. That day, I receive a message from Madame asking me if it is done.

Unfortunately, on the day after Christmas, I am in bed with fever and a laryngitis that seems to be tenacious.

And when I've more or less recovered, I begin hesitating again for a few days. This said, I haven't done my colour yet (because what's the point wasting it on hair that will get cut, as my aunt says it so well) (at the same time, it wouldn't be such waste since while the L'Oréal Excellence hair dye is absolutely amazing, it isn't expensive for that matter).

Last Wednesday, I sent a text message to my aunt while she was at work. "I would like you to do my hair tonight. Please don't make a mess."
She quickly replies "I NEVER make a mess."

And in the evening, while my cousins, bursting with excitement, turn around us while filming the scene, one on the iPhone and the other on the iPad (and no, you shall never see the videos), my aunt takes her scissors and SNIP-SNAP, my strands fall. I scream a little, but just to amuse my cousins who are making the most hilarious comments. I'm especially thinking about Ange Blond's expression of true wonderment when she will see my new do.

Once the task accomplished, it's time for the colour. The girls insist to help me. Doing my best to avoid drama, I give the oldest one the responsibility of mixing the dye, and the little one to apply the pre-treatment protective serum on my hair. The little one insists to apply the dye, but for obvious reasons, I prefer that her older sister does it. The little one, like an offended queen, goes to her bedroom to sulk. The older one applies the dye on my hair. After that I go upstairs to check on the little one and find her crying ; I promise her that in a year I'll let her do my dye herself. The older one tells her that she would even let her do HER own dye.

Twenty-five minutes later, I hop under the shower to rinse everything off. I blow-dry myself in the mirror. I apply make-up. I take a photo and upload it (naturally) on Facebook (I'll have to write one day about my relationship with Facebook.)

And (naturally, as my aunt would say), all my friends, family members, cousins and acquaintances love it! And me too, in fact!

Tell me, have you gone through a physical change that you consider huge? How did it make you feel? Did you regret it?


____________________________________________________________________________________


Cela va vous paraître bizarre, mais j'ai toujours été hypersensible à l'idée de cheveux qu'on coupe. Le bruit que font les ciseaux, les mèches qui tombent par terre, ça me rend nerveuse, ça fait à mon estomac l'équivalent d'un gros plongeon dans le vide. Je préfère d'ailleurs de loin les scènes gores (c'est-à-dire juste un petit peu de sang dans un plan qui ne dure qu'une fraction de seconde, pas plus!) dans les films et à la télé aux les scènes où un personnage (surtout féminin) se fait couper les cheveux ou raser le crâne (donc surtout pas celle avec Natalie Portmann dans V for Vendetta). Rien que de me faire couper mes fourches me rend super nerveuse.

Alors les fois où j'ai décidé de me couper les cheveux court ont été rares. La première était à six ans, lorsque j'étais "amoureuse" de ma maîtresse d'école et je voulais à tout prix une coupe comme elle. J'ai donc pris la courageuse décision de me faire couper mes cheveux (à l'époque châtains) qui tombaient à la taille.


La fois suivante, c'était douze ans plus tard, en juin 2010. Quelques jours avant le bac, d'ailleurs. À l'époque, les mannequins, les stars et les filles populaires de mon lycée arboraient de longues chevelures soyeuses et ondulées. Moi, par contre, j'avais des cheveux qui frisaient pour un oui ou pour un non, malgré mes tentatives de les aplatir au fer. Je travaillais depuis septembre dans un salon de coiffure les week-ends, et grâce aux conseils de la coiffeuse (qui par ailleurs était un amour et me faisait mes colorations, coupes et coiffures gratis), j'avais commencé à comprendre l'importance d'utiliser des produits de qualité appropriés à mon type de cheveux. J'espérais donc que les dégâts que j'avais fait depuis la seconde (plusieurs teintures noires et une décoloration qui m'avait laissée avec un balai de paille sur la tête) s'estomperaient à temps pour l'université.


Mais lorsque ma coiffeuse aux doigts de fée a rendu son tablier et est partie s'installer en Tunisie avec son mari employé à la Banque Mondiale (c'est ça le problème avec DC, personne n'y reste trop longtemps), j'ai demandé un soir à ma tante de me couper mes fourches. Plein d'entre vous connaissent la fin de l'histoire. Je bouge au moment inopportun et ma tante m'enlève vingt bons centimètres. Adieu longues boucles soyeuses, je me retrouve en train de hurler, avec un carré façon Yoko Tsuno dans les années 1960 et une tante rayonnante de fierté qui me dit que cette coiffure accidentelle me va à merveille.


Bien entendu, je ne le crois que lorsque Madame, mon ancienne prof, me le confirme le lendemain au lycée. D'ailleurs, au lycée, les compliments fusent de tous les côtés. Ma tante est piquée parce que je ne l'ai pas crue la veille. Moi par contre, je reprends confiance en moi juste avant les épreuves orales du bac, et les examinateurs m'octroient des 20/20 sans exception.


Cinq ans plus tard et demie plus tard, après une mini-coupe imperceptible (si bien que personne ne l'a remarquée ! Mais c'était néanmoins un moyen de me remettre de ma rupture), et un excellent traitement à la kératine au Liban suivi d'une autre coupe imperceptible (parce que le coiffeur Libanais prétendait vouloir réparer les dégâts de la coiffeuse Américaine) (ah, l'arrogance le chauvinisme la fierté méditerranéenne...) (mais elle est bien justifiée parfois), mes cheveux ont retrouvé leur longueur d'antan. Les dégâts ont été réparés grâce à l'huile de coco et à une excellente gamme de soins à la kératine.


Je n'ai pas vécu de rupture, à proprement dire, parce que je ne suis pas en couple. Mais les derniers mois ont été assez tumultueux, et j'ai commencé à ressentir de plus en plus le besoin d'accueillir 2016 avec un changement de tête. Comme si, en coupant mes longueurs ondulées, je signalais aux divers drames qui avaient ponctué 2015 qu'ils pouvaient aller se faire frire (comme dirait mon grand-père).

Après plusieurs semaines d'hésitation, j'ai donc fait part de ma décision de me couper les cheveux à Kitty, Madame et Ange Blond. J'ai regardé sur Pinterest d'innombrables coupes pour avoir une idée de ce que je voulais. Et avec ma tante, on a fixé la date au lendemain de Noël. Ce jour là, je reçois un message de Madame qui me demande si c'est fait.

Malheureusement, le lendemain de Noël, je suis au lit avec de la fièvre et une laryngite qui s'annonce tenace.


Et lorsque j'en suis plus ou moins remise, j'hésite à nouveau pendant quelques jours. Cela dit, je n'ai pas refait ma couleur (parce que à quoi bon en gaspiller sur des longueurs qu'on va couper, comme le dit si bien ma tante) (à la fois, ce ne serait pas un énorme gaspillage, puisque la coloration L'Oréal Excellence a beau être génialissime, elle n'est pas si chère).

Mercredi dernier, j'ai envoyé un texto à ma tante alors qu'elle était au travail. "J'aimerais que tu me fasses les cheveux ce soir. Stp ne fais pas un désastre."
Elle rétorque rapidement "Je ne fais JAMAIS de désastre."


Et au soir, pendant que mes cousines, débordant d'excitation, nous tournent autour en filmant la scène, l'une avec iPhone, l'autre avec iPad, (et non, les vidéos, vous ne les verrez jamais), ma tante saisit ses ciseaux et CRIC-CRAC, mes mèches tombent. Je hurle un peu, mais juste pour amuser mes cousines qui font les commentaires les plus désopilants. Je suis surtout en train de penser à l'expression émerveillée d'Ange Blond lorsqu'elle verra ma nouvelle tête.

Une fois la besogne achevée, il est temps de passer à la couleur. Les filles insistent à m'aider. Afin d'éviter au mieux les psychodrames, je charge la grande de préparer la coloration, et la petite de m'appliquer le soin protecteur pré-couleur. La petite insiste à m'appliquer la coloration, mais pour des raisons très évidentes, je préfère que ce soit sa grande soeur qui s'en occupe. La petite, en reine offusquée, monte bouder dans sa chambre. La grande m'applique donc la coloration. Je monte voir la petite et la retrouve en train de pleurer ; je lui promets que dans un an je la laisserai m'appliquer ma coloration. La grande lui dit qu'elle la laissera même lui faire SA coloration.

Vingt-cinq minutes plus tard, je saute sous la douche pour rincer le tout. Je me fais un brushing dans le miroir. Je me maquille. Je prends une photo et je la mets (bien sûr) sur Facebook (il faudra que je vous fasse un article un jour sur ma relation avec Facebook.)

Et (comme dirait ma tante, naturellement) tous mes amis, membres de la famille, cousins, et connaissances adorent ! Et moi aussi d'ailleurs !

Dites-moi, avez-vous subi une transformation que vous considérez énorme ? Comment vous êtes-vous sentis après ? L'avez-vous regretté ?


Shop the story

No comments:

Copyright French Girl In DC 2016. Powered by Blogger.