Carmen à L'Opéra de Lyon

Version française plus bas.



To a hardcore opera lover like me, Carmen, the most performed opera ever, can get a little boring when all productions become the same. An overdose of traditional Spanish culture, soldiers, gypsies, matadors, and the high notes of the saint-like but ever-bland Micaëla.

So earlier today when I was on The Opera Platform, a website on which several current opera productions are available to be viewed for free for six months, I almost passed on Carmen until something about the production caught my attention.

Half-naked girls.




Ahem.

The story takes place in modern-day Paris, and the setting is Le Paradis Perdu, a cabaret very reminiscent of the Moulin Rouge, that people from all walks of life, including policemen, come to at the end of the day to have a good time. With a very smart mise en abîme, the cigarette factory workers become topless showgirls clad in elaborate feather costumes, and Carmen enters the stage as the star of the show, a sulfurous temptress with a (real?) snake wrapped around her shoulders.

I found that the singers were overall great, although I can be rather difficult since I am used to Callas' vocal perfection. The highlight was Micaëla, who, despite the aforementioned blandness of the character, was sung excellently by Nathalie Manfrino.

Thanks to a very ingenious design, the cube-shaped set revolves before our eyes to take us from one scene to another, from the front entrance and ticket booth of the cabaret, to the theater, to the dressing rooms and finally the back door.

I won't say any more, but I invite you all to go to watch Carmen on The Opera Platform, where it will be available for free until August. And I'll leave you with a few more photos of this mad production to, as we say in French, put water in your mouth!


____________________________________________________________________________________


Pour une admiratrice d'opéra endurcie comme moi, Carmen, l'opéra le plus joué au monde, peut devenir un peu lassant quand toutes les mises en scène finissent par se ressembler, avec les éléments de la culture espagnole utilisés à outrance, des soldats, des gitanes, des toréadors et les aigus de Micaëla, une vraie sainte mais tellement fade, je ne vous dis pas...

Alors plus tôt dans la journée, quand j'étais sur The Opera Platform, un site sur lequel on peut visionner gratuitement pendant six mois plusieurs opéras donnés en ce moment, j'ai failli zapper Carmen, lorsqu'un détail à propos de la mise en scène a attiré mon attention.

Des filles à moitié nues.

Ahem.

L'histoire se déroule dans le Paris d'aujourd'hui, et le décor n'est autre que Le Paradis Perdu, un cabaret qui rappelle beaucoup le Moulin Rouge, et qui est visité par des gens de tous les jours, y compris des policiers, qui veulent se détendre après une longue journée de travail. Avec une mise en abîme très bien effectuée, les cigarières deviennent des danseuses de cabaret aux seins nus, vêtues de coiffes en plumes élaborées, et Carmen, le clou du show, entre en scène, une sulfureuse tentatrice avec un (vrai ?) serpent enroulé sur ses épaules.

J'ai trouvé les artistes généralement très bons, mais il m'arrive d'être assez difficile parce que je suis habituée à la perfection vocale de la Callas. Le clou du spectacle était Micaëla, qui, malgré la fadeur mentionnée ci-dessus, a été interprétée spectaculairement par l'excellente Nathalie Manfrino.

Grâce à une conception très intelligente, le décor en forme de cube tourne sous nos yeux pour passer d'un endroit à l'autre : de la rue devant le cabaret avec le guichet, à la salle de spectacles, aux coulisses, et enfin à la porte arrière.

Je ne vais pas vous en dire plus, mais je vous invite tous à aller voir Carmen sur The Opera Platform, il y sera disponible gratuitement jusqu'au mois d'août. Et je vous laisse avec des images de cette production de ouf pour vous mettre l'eau à la bouche !










No comments:

Copyright French Girl In DC 2016. Powered by Blogger.