On weight and beauty



Long post. Scroll down for French.


Last week, I stopped by to see my friend Kitty. Because of our busy schedules, it had been almost a month that we hadn’t seen each other. We had barely exchanged the customary bise that he said, with admiration, “Biiitch, you’ve
lost some weight!”

That day, I was wearing dark skinny high-waist jeans, that I had purchased about a year ago without trying them on. Because I can sometimes be completely brainless when I’m shopping for clothes. The first time I wore those pants, I managed to zip them, but I suffered for a whole day while visiting Baltimore with Ange Blond. It hurt as hell. So on the way back, I very discretely unbuttoned my jeans, burning with shame and hoping that Ange Blond wouldn’t notice. 

Back in DC, I took off the camisole of humiliation, or shall I say, the torture instrument, and I forgot its existence. 

Eleven months later, I found the jeans again, and I tried them on one day as I was running late and I hadn’t done laundry for too long couldn’t find anything else to wear. And to my great surprise, the jeans fit me perfectly. Comfortable as ever, and even a bit loose on the waist. 

I hadn’t weighed myself for eleven months, and I admit that I kind of took too much advantage of Trader Joe’s selection of cheese and saucisson I haven’t always watched my weight. I came to realise that my weight must have gone up and down, but I had many more important things to worry about than that. And for once, despite moments of intense stress, my skin remained rather blemish-free. I can go without make-up several days a month. And when my skin breaks out, meaning that ugly zits appear, especially around my period, it’s truly nothing compared to the eruption of disfiguring cystic acne I had in 2011. I still thank heavens for a half-successful Accutane treatment, and also for the magic formula that is coconut oil + lavender essential oil + a healthy lifestyle. and there’s of course dark magic rituals, strangled squirrels and nude danses under the full moon.


And so I tell myself that if I managed to put behind me something that had made me so depressed that I completely fucked-up my first year of university, having a dream figure will be easy.

First, let’s define what is a dream figure. 

I was raised in Lebanon, in a culture where physical appearance matters most. All the women are re-done, and all look the same. And all enter in unhealthy competition against each other, friends against friends, mothers against daughters, sisters against sisters. And the way weight excess is approached in this country is so politically incorrect by occidental standards. 

In Lebanon, everyone, from strangers in the streets to beauticians to your own well-meaning grandmother, allow themselves to publicly criticize your weight. The numbers that appear on the scales become more important than anything else, even down to the milligram. We are spied by the glances of other women, who envy us if we have lost weight, and mock us if we’ve gained any. And the obsession with dieting is such that anorexia is encouraged from early childhood. 

I once adventured myself on Pinterest and Tumblr, viewing the “pro-Ana” hashtag. And all these horrifying weight-loss methods, this propaganda of extreme thinness that makes countless victims each year, I knew them already, because they are mainstream in Lebanon. In Lebanon, anorexia isn’t perceived as a pathology, but as a ideal to reach, pushed even further by the incessant competition between women. 

I know it, because I’ve lived it. When I lived in Lebanon, I was skinny as a stick, with a mother who was (among others) anorexic and bulimic, and who controlled everything that I ate, and who mocked my so-called obesity ever since I was two years old and still had baby fat. At certain times she would consume huge amount of junk food, and just after would start restricting diets that didn’t make an ounce of sense, and insisted that I would also follow them. 

Very tall, I had become anemic, and this didn’t get better when I started my period. I was always dizzy, and constantly exhausted. Instead of suggesting balanced meals, my mother would make me take supplements. Furthermore, she had stuck on the fridge pictures of morbidly obese women, to make me associate food with “these fat cows”. And, a painter by profession, she began painting a series of disproportionate women. She would tell me, with a mocking smile, “these women look like you. They are huge everywhere but have tiny heads and invisible breasts.” 

The cruelty of her words consoles me, today, in a certain way, because I’ve learned that real art is art that comes from passion, from love, and from goodness.

At fourteen, my life turned upside down when we moved to the US. My ninth grade is extremely stressful, especially that I’ve set myself the goal of obtaining the French Brevet exam with a special mention. And, as I slowly transform into a woman, my mother starts to view me as a rival. A slight weight loss, and the privilege of cooking my own healthy meals is taken from me. Just using a dish leads to a temper tantrum, even if I clean after myself. Meals are, for everyone, processed foods unceremoniously unpacked, or unappetizing leftovers, eaten on paper plates. 

Feeling unhappy in my own skin and in permanent conflict with my mother, I unleash myself on candy, on sweetened milk “chocolate”, on fat, on chips and soda, and it has a terrible effect on my skin.

And I constantly hear the same thing: if you don’t want to become fat, don’t eat. Since you are eating, you are fat. I am criticized in detail after each meal, if I dare to go for seconds or eat too fast to her liking. And if I swim for three hours doesn’t matter. Every time she sees me, she assaults me with criticism and pinches the areas of my body that she finds fat. Fat cow. Obese. Pig. My aunts get started as well, encouraged by their older sister. And at fifteen, I still do not have enough emotional distance to tell myself that this isn’t real, that I am beautiful, and that this woman’s words do not define reality. I still haven’t heard about the term “narcissistic personality disorder”. and I am not yet conscious of the fact that my mother has this irreversible  pathology.

At seventeen, armed with a little more self-confidence, I decide to start a healthy life regimen during the summer before my last year of high school. I’ve set myself the goal of getting into a top university, and to get the top honours on my French baccalauréat exam. I look up a lot of info in the teenage magazines that I read, Cosmo and Seventeen. I exercise each day and I eat healthy, I reduce the portions of food I eat, I eat slowly and savour everything. I begin meditation to block out the tornado of madness surrounding me.
At this point, my mother has abandoned her goal to keep me skinny. I am now an adversary to her, an adversary that she must absolutely defeat. She does her best to make me deviate from my regimen, offering me sweets, fine charcuterie, things that I accept gracefully but in small amounts. That summer, I lose twenty pounds. My skin is flawless. I am happy and hopeful and am glowing.
And she is fuming with rage. 

In the years that followed, there were ups and downs. Like the total fiasco that concluded my first year of university. Depression. Conflicts. Violence. A relationship that ended disastrously.

Three years ago, I started a series on weight-loss on this blog. Today, I have new principles that go beyond the number of calories or the percentage of fat in this or that food. 

In general, I eat everything, I drink alcohol regularly, I smoke a cigarette from time to time. But I limit myself to reasonable amounts when it comes to products that are high in sugar or fat. I treat myself to good cheese, quality sausage, and dark chocolate. I cook elaborate dishes for one person, and I make every meal a festive occasion, even when I am alone.

I also buy healthy, quality products. I try to visit farmers’ markets, and I exclusively shop for groceries at Trader Joe’s. I eat slowly, and as much as possible without distractions. I avoid sodas as often as possible even if I am undeniably addicted to Diet Coke and I drink unsweetened tea, which is easy because I am a big tea aficionado. I am careful not to finish a pot of Nutella with a spoon eat emotionally. And if I need to snack, I eat small portions of crudités, dried almonds or nuts, or raisins. 

I also consume a lot of olive oil (naturally, extra virgin and high quality!) because it is a simply divine ingredient, and it symbolically does not contain any calories. DO NOT diss olive oil, otherwise the Mediterranean woman in me risks to become very angry. 

Lastly, I am careful to only eat organic. Because it isn’t just a fad. If we eat vegetable or white meat that is in theory healthy but filled with pesticides, chemicals, GMO and growth hormones, we end up eating all this crap. I can tell you this because I’ve tried eating non-organic food for an entire week and I felt ill, I had lots of acne all over and even hair that began growing in very unusual places. Yes, I know that eating organic is expensive, and I am the first to complain because we should not have to pay extra in order not to be forced to poison ourselves.

And I know that at certain times, I won’t be following these guidelines. And it’s not worth much of a fuss. Because I know that there will be moments where I will be in the same state of mind than this 15-year-old teenager who used to eat too many chemical-filled sweets. And there will be moments where I will be too lazy to cook, and just order a pizza or Chinese food. But I’ve trained my body to eat healthy, and so this Halloween I didn’t feel the urge to eat the mountain of sweets brought back by my cousins. And during the evenings spent writing, I treat myself to dark chocolate, dried almonds, and countless cups of tea.

As to sport… I bloody hate it We’ll get back to it another time. 

To get back to my dream figure. At the moment, I don’t know how to define my silhouette. I have a small waist, large hips, and a bottom that would make Kim Kardashian’s proud, and tiny breasts that I have no intention of enhancing even though I almost did it at 13. I sometimes wear a tee-shirt, skinny jeans and flats yeah right! I cannot wear flats!, and sometimes in a pencil skirt, frilly shirt, and heels. And I like the fact to be able to change from one style to another independently of my silhouette, even though it’s banned by fashion conventions. At this moment, I like myself a lot the way I am, whether clothes, in lingerie, in a bathing suit or simply nude. I would like to tone my arms and legs a little more, and make them more muscled. But I wouldn’t go far enough as to completely lose my curves.

By adopting a healthy lifestyle, my goal isn’t to lose weight, but to feel good with myself. To have a glowing complexion without any acne. To be in a better mood. To have more energy. To concentrate better.

And to hear my well-meaning friends (and the woman I like) tell me that I’ve lost weight and that I am glowing, will always please me a lot and will motivate me to keep taking care of myself.

In regards to my family, I still get destructive criticism that claim to be well-meaning. Even though at the moment I am supporting myself through modeling, they still perceive me as ugly. 
I will not change habits, nor well-rooted cultural precepts. And I don’t care. 

I am beautiful. In my own eyes, those who matter most, I am beautiful. 

And I will evolve through the different stages of my life in beauty.

And that’s all that matters. 


*****


La semaine dernière, je suis passée voir mon ami Kitty. À cause de nos emplois de temps assez chargés, ça allait faire presque un mois qu’on ne s’était pas vus. On avait à peine fait la bise qu’il s’est exclamé, l’air admiratif : “BIIITCH, mais tu as fondu !” 

Ce jour là, je portais un skinny jean foncé, à la taille haute, que j’avais acheté il y a un an sans prendre la peine de l’essayer. Parce qu’il m’arrive de faire du shopping de manière illogique et irréfléchie. La première fois que je l’ai porté, j’ai réussi à le fermer, mais j’ai galéré pendant toute une journée passée à visiter Baltimore avec Ange Blond. Ça faisait mal. Alors pendant le trajet du retour, j’ai très discrètement déboutonné mon jean, brûlant de honte et priant que Ange Blond ne se rende compte de rien. 

De retour à DC, j’ai ôté la camisole d’humiliation, que dis-je, l’instrument de torture, et j’en ai oublié l’existence. 

Onze mois plus tard, je l’ai retrouvé, et je l’ai enfilé un jour alors que j’étais en retard, et que je n’avais pas fait de lessive pendant trop longtemps ne trouvais pas autre chose à me mettre. Et à ma grande surprise, le jean m’allait parfaitement. Confortable comme tout, et même plutôt un peu lose au niveau de la taille. 

Onze mois, durant lesquels je ne me suis pas pesée, et j’admets que j’ai un peu trop abusé du saucisson sec et des fromages de Trader Joe’s je n’ai pas toujours fait trop attention à ma ligne. Je me suis rendue à l’évidence que mon poids a dû monter et descendre, mais j’avais d’autres soucis plus importants. Et puis pour une fois, malgré des moments de stress intenses, ma peau est restée plutôt imberbe. Il y a plusieurs jours par mois où je peux sortir sans maquillage. Et quand ma peau est irritée, c’est-à-dire que de vilains boutons se pointent régulièrement, surtout autour de mes règles, c’est vraiment rien comparé à l’horrible éruption de kystes défigurants de 2011. Je remercie encore le ciel pour un traitement à moitié réussi de RoAccutane, et surtout la formule magique huile de coco + huile essentielle de lavande + mode de vie sain. et les rituels de magie noire, écureuils égorgés et danses dénudées sous la pleine lune. 

Et je me dis que si j’ai réussi à mettre derrière moi un fléau qui m’avait rendue tellement dépressive que j’ai foiré ma première année d’université, avoir une silhouette de rêve, c'est fastoche quoi. 

Déjà, définissons ce qu’est une silhouette de rêve. 

J’ai été élevée au Liban, dans une culture où l’apparence physique compte plus que tout. Toutes les femmes sont refaites, et toutes se ressemblent. Et toutes entrent en compétition les unes contre les autres, amies contre amies, mères contre filles, soeurs contre soeurs. Et la façon dont on aborde le surpoids dans ce pays est tellement politiquement incorrecte selon les standards occidentaux.  

Au Liban, tout le monde, des étrangers dans la rue, aux esthéticiennes, à votre grand-mère toute bienveillante, se permet de vous critiquer ouvertement sur votre poids. Les nombres qu’affichent les balances deviennent plus importants que tout, au milligramme près. On est scrutée par les yeux des autres femmes, qui nous envient si on a perdu du poids, ou se moquent de nous bien fort si on en a pris. Et l’obsession avec les “régimes” est telle que l’anorexie est encouragée dès le plus jeune âge. 

Je me suis aventurée une fois sur Tumblr et Pinterest en explorant le hashtag “pro-Ana”. Et toutes ces méthodes horrifiantes pour perdre du poids, cette propagande de la minceur extrême qui fait d’innombrables victimes tous les ans, je les connaissais déjà, parce qu’elles sont monnaie courante au Liban. Au Liban, l’anorexie n’est pas perçue comme une pathologie, mais comme un idéal à atteindre, poussé encore plus loin par la compétition constante entre les femmes.

Je le sais, parce que c’est mon vécu. Lorsque je vivais au Liban, j’étais maigre comme un clou, avec une mère (entre autres) anorexique et boulimique qui contrôlait tout ce que je mangeais et se moquait de ma soi-disant obésité depuis l’âge de deux ans, alors que j’étais encore potelée. À certains moments, elle consommait des quantités de nourriture énormes, et juste après entamait des régimes sévères dénués du moindre sens, et insistait pour que je les suive aussi. 

Grande de taille, j’étais devenue anémique, et cela ne s’est pas arrangé lorsque j’ai eu mes premières règles. J’avais constamment le vertige et j’étais toujours épuisée. Au lieu de me proposer des repas équilibrés, ma mère me faisait prendre des suppléments. Elle avait de surcroit collé sur le réfrigérateur des photos de femmes obèses morbides, pour me faire associer la nourriture à “ces grosses vaches”. Et, peintre de profession, elle commence une série de tableaux représentant des femmes disproportionnées. Elle me dit, avec un sourire moqueur, ces femmes te ressemblent. Elles sont gigantesque de partout mais ont de petites têtes et des seins invisibles. 

La cruauté de ses propos me console, d’une certaine façon, maintenant que j’ai appris que l’art véritable, c’est l’art qui provient de la passion et de l’amour et de la bonté. 

À quatorze ans, déménagement fracassant aux US. Ma troisième est extrêmement stressante, surtout que je me suis mis en tête de décrocher mon brevet avec mention. Et, alors que je deviens peu à peu une femme, ma mère commence à voir en moi une rivale. Une imperceptible perte de poids m’ôte le privilège de cuisiner sain pour moi-même. Le fait d’utiliser une assiette me vaut une crise de nerfs, même si je nettoie après moi. Les repas consistent, pour tout le monde, de produits industriels déballés à la hâte, ou de restes peu ragoûtants, mangés sur des assiettes en carton. 

Mal dans ma peau et en conflit permanent avec ma mère, je me suis lâche donc sur les bonbons, sur le chocolat au lait sucré, sur le gras, sur les chips et les sodas, et ça a un effet très négatif sur ma peau. 

Et j’entends constamment la même chose : si tu ne veux pas grossir, ne mange pas. Puisque tu manges, tu es grosse. Je suis critiquée après chaque repas, si j’ose me resservir. Et peu importe si je fais trois heures de natation. À chaque fois qu’elle me voit, je suis assaillie par ses critiques et pince les zone de mon corps qu’elle trouve grasses. Grosse vache. Obèse. Cochonne. Mes tantes s’y mettent aussi, encouragées par leur grande soeur. Et à quinze ans, je n’ai pas encore assez de recul pour me dire que ce n’est pas vrai, je suis belle, et les paroles de cette femme ne définissent pas la réalité.  Je n’ai pas entendu parler du terme “pervers narcissique”, et je ne suis pas encore consciente du fait que ma mère est irréversiblement atteinte de cette pathologie. 

À dix-sept ans, un peu mieux dans ma peau, je décide d’entamer un régime de vie sain pendant l’été qui précède ma terminale. Je me suis mis en tête d’être acceptée dans une excellente université, et de remporter mon baccalauréat avec mention Très Bien. 
Je puise plein d’informations dans les magazines pour ados que je lis, Cosmo et Seventeen. Je fais de l’exercice tous les jours et je mange sain, je réduis les portions de nourriture, je mange lentement et je savoure tout. Je commence à me mettre à la méditation pour bloquer le tourbillon de folie qui m'entoure. 
Ma mère a abandonné son but de me garder mince, à présent. Je ne suis plus qu’une adversaire pour elle, une adversaire qu’elle doit à tout prix anéantir. Elle fait tout son possible pour me faire craquer, en m’offrant des sucreries, de la charcuterie fine, toutes les choses que j’accepte gracieusement mais en petites quantités. Cet été, je perds dix kilos. Ma peau est imberbe. Je suis heureuse et je rayonne. Et elle enrage. 

Dans les années qui ont suivi, il y a eu des hauts et des bas. Comme le fiasco total qui a suivi ma première année d’études. La dépression. Les conflits. La violence. Une relation amoureuse qui s’est conclue par un échec cuisant. 

Il y a trois ans, j’avais commencé une rubrique minceur sur ce blog. Aujourd’hui, j’ai de touts nouveaux principes qui vont au delà du nombre de calories ou de la teneur en matières grasses de tel ou tel aliment. 

En règle générale, je mange de tout, je bois de l’alcool régulièrement, je fume une cigarette de temps en temps. Mais je me limite à des quantités raisonnables, quand il s’agit de produits riches en sucre ou en matières grasses. Je m’offre du bon fromage, du saucisson de qualité, et du chocolat noir. Je cuisine des plats élaborés pour une personne, et je fais de chaque repas une occasion festive, même si je suis seule. 

J’achète aussi des produits de qualité, et sains. J’essaie de visiter les marchés fermiers, et je fais mes courses exclusivement à Trader Joe’s. Je mange lentement, et aussi souvent que possible, sans distractions. J’évite les sodas aussi souvent que possible même si je suis incontestablement accro au coca light et je bois du thé sans sucre ni édulcorants, ce qui est plutôt facile parce que j’adore le thé. Je fais attention à ne pas engloutir un pot de Nutella à la cuillère manger émotionnellement. Et si j’ai besoin de grignoter, je prends plutôt de petites portions de crudités, d’amandes ou de noix sèches, de raisins secs.

Je consomme aussi beaucoup d’huile d’olive (extra vierge et de qualité, cela va de soit !) parce que c’est un aliment tout simplement divin, symboliquement sans calories. Ne dites rien contre l’huile d’olive, sinon ça risque de provoquer le courroux de la Méditerranéenne en moi. 

Finalement, je fais attention à ne manger que du bio. Parce que ce n’est pas qu’une mode. Si on mange des légumes ou de la viande blanche en théorie sains mais bourrés de pesticides, de produits chimiques, d’OGM et d’hormones de croissance, on finit par ingurgiter toutes ces saletés. Je vous le dis parce que j’ai fait l’expérience de manger du non-bio pendant une semaine, et je me suis suis sentie malade, j’ai eu plein de boutons partout et même des poils qui ont commencé à pousser à des endroits inhabituels. Oui, je sais que manger bio, c’est cher, et je suis la première à m’en plaindre, parce qu’on ne devrait pas devoir payer un surplus pour ne pas être obligé de s’empoisonner. 

Et je sais qu’à certains moments, je ne vais pas suivre ces principes. Et ce n’est pas la mer à boire. Parce que je sais qu’il y a des moments où je vais me retrouver dans le même état d’esprit que cette adolescente de 15 ans qui se lâchait sur les sucreries bourrés de produits chimiques. Et il y a au d’autres moments où j’aurai trop la flemme de cuisiner, et que je commanderai une pizza ou du chinois. Mais j’ai réussi peu à peu à habituer mon corps à manger sain, ce qui fait que ce Halloween, je n’ai pas ressenti le besoin de me jeter sur la montagne de friandises récoltées par mes cousines. Pendant les soirées que je passe à écrire, je me régale avec du chocolat noir, des amandes sèches, et d’innombrables tasses de thé.

Quand au sport… je déteste ça On en reparlera. 

Aujourd’hui, j’ai finalement compris que la minceur est beaucoup moins importante que la beauté. Et que la beauté est un ensemble de principes et un état d’esprit qui ne se réduit pas du tout à l’apparence physique. Et surtout, surtout, que la beauté ne se définit pas du tout par le regard que les autres nous portent. 

Pour en revenir donc à ma silhouette de rêve. Déjà, en ce moment, je ne sais pas comment définir ma silhouette. J’ai une taille de guêpe, des hanches larges, un derrière digne de celui de Kim Kardashian, et des seins minuscules que je n’ai pas du tout l’intention d’augmenter même si j’ai failli le faire à 13 ans. Je m’habille parfois en tee-shirt, jeans skinny et ballerines genre ! Je ne peux pas porter des chaussures plates !, et parfois en jupe crayon, chemisier, et talons hauts. Et j’aime le fait de pouvoir changer régulièrement d’un style vestimentaire à l’autre indépendamment de ma silhouette, même si d’après les conventions de la mode, c’est proscrit. Et en ce moment, je m’aime assez comme je suis, que ce soit habillée ou en lingerie ou en maillot de bain ou tout simplement nue. J’aimerais affiner mes bras et mes jambes un peu plus, et les muscler. Mais je n’irais pas jusqu’à essayer de perdre entièrement mes formes. 

Et en adoptant un mode de vie sain, mon but n’est pas de perdre du poids, mais de me sentir bien dans ma peau. D’avoir le teint éclatant et sans boutons. D’être de meilleure humeur. D’avoir plus d’énergie. De pouvoir me concentrer. 

Et le fait d’entendre mes amis bienveillants (ainsi que la femme qui me plaît) me dire que j’ai perdu du poids et que je suis rayonnante, me fera toujours énormément plaisir, et me motivera à continuer à prendre soin de moi. 

En ce qui concerne ma famille, je reçois encore des commentaires destructeurs qui se veulent bénéfiques. Même si en ce moment je gagne ma vie en étant mannequin, ils me perçoivent encore comme un laideron. 
...
Je ne changerai ni les meurs, ni des acquis culturels bien enracinés, et soit. 

Je suis belle. À mes propres yeux, les seuls qui ont de l’importance, je suis belle. 

Et j’évoluerai à travers les différences étapes de ma vie en beauté. 

Et c’est tout ce qui compte. 


No comments:

Copyright French Girl In DC 2016. Powered by Blogger.