At the Cove

November 06, 2015
Photo via https://cove.is/index
Ideally, my working space would be a second bedroom that has been reconverted into an office/study
(until the day it will be reconverted again into a nursery…). The walls would be red, the desk sturdy, the armchairs vintage, and the shelves filled with all the books that inspire me and that I love. The decor would be eclectic, a mix of vintage and boho chic, mad fortune teller type. The room would be feng-shuified my way. Incense would be burning constantly while I would be at my desk, writing genius fiction and articles, drinking countless cups of tea, and, once in a while, indulging in a square of dark chocolate. 

But at the moment, I am still searching for my dream flat (and unfortunately it’s very difficult to get approved by a landlord when you’re not employed; people tend to associate “freelancer” and “drug dealer” a little too much) . And my workplace varies, from my bed, to the dining room table, to the garden when it isn’t too cold, to coffee shops all over DC. 

The problem with coffee shops is that:

1/ The noises are way too strong, between the hissing of the espresso machines, the loud music, and the very loud conversations; people come here mostly to socialise, without thinking about those who are actually working, and unfortunately it is within their rights. 

2/In these less-than-optimal working atmosphere, it’s much less easy to concentrate, and we end up spending all our time on Facebook.

3/ We also cannot resist the cookies, brownies, and other treats that wink to us when we go to the 
counter to order another Venti Earl Grey, unsweetened please (and so without calories.)

I’ve also tried public libraries, and thanks to the bright lights and the bland colours and the moldy smells, I came out each time on the edge of depression.

So I was absolutely thrilled when I discovered The Cove during a walk in Georgetown. I was in fact going to the first Starbucks I’d find, when I decided to go up and see what it was about.
And I have discovered a truly ideal working space. Well decorated, luminous, spacious, calm, excellent for work and for concentration. I stayed there several hours, and I accomplished three time the amount of work I would finish at home or at a coffee shop. 
I was calm, focused and concentrated, and I didn’t feel the need to check iMessage/Facebook/Instagram that often. Which is truly an exploit.

So, for all those who work freelance from home and sometimes need to change atmosphere, I absolutely recommend you to visit The Cove. They have several locations in DC, and there are many different subscriptions that you can view on their website.


And you, dear bloggers, writers, artists and other freelancers, do you work from home? Outside? How do you do it? Leave me your tips in the comments below!


*****


Idéalement, mon lieu de travail serait une seconde chambre à coucher reconvertie en bureau/bibliothèque (jusqu’au jour où elle sera re-reconvertie en chambre de bébé...). Les murs seraient rouges, le bureau solide, les fauteuils vintage, et les étagères pleines à craquer de livres qui m’inspirent et que j’aime. Le décor serait éclectique, un mélange de vintage, et de bobo chic, genre voyante folle. La pièce sera feng-shuifiée à ma façon. De l’encens qui brûlerait constamment pendant que je me serai à mon bureau, en train d’enchainer des passages de fiction et des articles de génie, en buvant d’innombrables tasses de thé et à l’occasion, en m’autorisant un carré de chocolat. 

Mais pour l’instant, je suis toujours à la recherche de mon appartement de rêve (et malheureusement c’est assez difficile d’être approuvée par un propriétaire lorsqu’on n’est pas salariée ; on a tendance, je trouve, à associer “freelance” avec “dealeuse de drogue” trop souvent). Et mon lieu actuel de travail varie, de mon lit, à la table à manger, au jardin quand il fait pas trop froid, à des cafés un peu partout à DC. 

Le problème avec les cafés, c’est que :

1/ Les bruits y sont trop forts, entre machine à espresso, musique criarde et éclats de voix divers, les gens viennent pour socialiser sans se soucier de ceux qui travaillent, et malheureusement c’est leurs droits.

2/ Dans ces circonstances de travail peu optimales, on a du mal à se concentrer, et on finit par passer tout son temps sur Facebook.

3/ On finit aussi par se laisser tenter par les cookies, brownies, et autres sucreries qui nous font de l’oeil quand on va au comptoir commander un second Earl Grey Venti sans sucre (et donc sans calories.)

J’ai aussi essayé les bibliothèques publiques, et grâce aux lumières blafardes, aux couleurs ternes, et aux odeurs de moisi, j’en suis sortie au bord de la dépression. 

Du coup, j’ai été réjouie lorsque j’ai découvert The Cove lors d’une promenade à Georgetown. Je me rendais justement à un Starbucks quelconque, lorsque j’ai décidé de monter voir de quoi il s’agissait. 
J’ai alors découvert un espace de travail vraiment idéal. Bien décoré, lumineux, spacieux, calme, propice au travail et à la concentration. J’y suis restée quelques heures, et j’ai accompli trois fois la quantité de travail que j’accomplis normalement à la maison où dans un café. J’étais calme, posée et concentrée, et je n’ai pas ressenti le besoin de vérifier iMessage/Facebook/Instagram/ aussi souvent. Ce qui est vraiment un exploit. 

Alors pour tous ceux et celles qui travaillent en freelance ou de la maison et qui ont parfois besoin d’un changement d’ambiance, je vous conseille vivement The Cove. Ils ont plusieurs locations dans Washington DC, et ils ont différentes formules d’abonnement que vous pourrez voir sur leur site web

Et vous, amis blogueurs, écrivains, artistes, et autres freelanceurs, vous travaillez de la maison ? En dehors ? Comment vous faites ? Laissez-moi vos astuces dans les commentaires ci-dessous !

No comments:

Copyright French Girl In DC 2016. Powered by Blogger.